Blog
L'importance de l'accord gepp dans la gestion stratégique des ressources humaines

26 minutes
Partager cette page

Qu'est-ce que l'accord gepp et son rôle dans les RH ?

Le GEPP, un dispositif clé pour les ressources humaines

L'accord GEPP (Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels) représente un levier essentiel au sein des ressources humaines. Concrètement, il s'agit d'un dispositif qui vise à anticiper les évolutions des emplois et des compétences au sein d'une entreprise. L'objectif ? Maintenir l'adaptabilité des salariés face aux enjeux économiques et technologiques, tout en sécurisant leur parcours professionnel.

Le GEPP s'inscrit dans une logique de développement compétences et de mobilite interne, et se traduit par des actions de formation, de reconversion et de gestion previsonelle. Il permet de réaligner les orientations strategiques de l'entreprise avec les capacités et les aspirations des salariés.

Comment fonctionne l'accord GEPP en pratique ?

En pratique, la mise en oeuvre d'un accord GEPP exige une négociation entre les partenaires sociaux au niveau de l'entreprise. Cela implique une analyse rigoureuse des métiers competences actuels et futurs, ainsi que du contexte spécifique de l'entreprise, qu'il s'agisse d'un grand groupe comme Airbus ou d'une société de travail temporaire.

Ce travail collaboratif est encadré par des articles du code travail et doit aboutir à un accord relatif gestion qui sera en vigueur étendu à l'ensemble des employés. Il prend en compte les besoins en formation professionnelle, les mesures d'accompagnement à la mobilite interne et les stratégies d'ajustement des effectifs.

Ainsi, cette première partie introduit le concept de GEPP et sa fonction dans le paysage des ressources humaines. Elle pose les bases nécessaires pour comprendre les tendances actuelles de ce dispositif, comment il est appliqué dans des entreprises de renom, et comment il peut être négocié pour en tirer le meilleur parti dans les volets suivants de notre analyse.

Les grandes tendances des accords gepp en entreprise

Tendances actuelles des accords Gepp dans l'univers professionnel

Les accords Gepp (gestion prévisionnelle des emplois et des parcours professionnels) façonnent aujourd'hui les stratégies des ressources humaines à l'échelle nationale. Alignés sur les orientations stratégiques de chaque entreprise, ils représentent un levier pour anticiper et accompagner les évolutions des compétences nécessaires à l’activité économique.

Ces dernières années, on observe une croissance de leur mise en place, notamment au sein de grandes entreprises comme Airbus ou Bombardier, dans le cadre du développement professionnel continu et de la mobilite interne. En effet, les données montrent que lorsque les entreprises intègrent pleinement le Gepp dans leur gestion RH, elles enregistrent jusqu'à 20% de hausse de l'efficacité opérationnelle grâce à une meilleure adéquation des compétences des salariés avec leurs besoins.

D'après les experts en ressources humaines, comme le professeur Michel Barabel coauteur de l'ouvrage 'Manager les emplois et les parcours professionnels : stratégies et pratiques du Gepp en questions', les entreprises qui instaurent un dialogue social de qualité et négocient des accords Gepp ont tendance à être plus performantes en termes de gestion des emplois et de formation professionnelle.

La participation active des partenaires sociaux est également un axe majeur des tendances du Gepp. Elle favorise la création d’une dynamique constructive pour l’évolution des emplois et des compétences, et témoigne de l'importance croissante du dialogue dans la prise de décisions stratégiques en entreprise.

Des études de référence, telles que celles publiées par le Ministère du Travail, indiquent qu'environ 65% des grandes entreprises ont actuellement des accords Gepp en vigueur. Ces accords prennent en compte les changements technologiques et sectoriels, l'orientation de la formation professionnelle, et la gestion des carrières au sein de l'organisation.

Ce qui ressort de ces données, c'est une nette tendance à la personnalisation des parcours professionnels. En effet, les accords Gepp facilitent la mise en œuvre du Compte Personnel de Formation (CPF), permettant aux salariés de prendre en main leur développement de carrière de façon proactive.

Par ailleurs, malgré des controverses occasionnelles sur l'approche méthodologique et l'impact sur les salariés, le Gepp est perçu comme un outil stratégique clé pour l'adaptation et l'agilité des entreprises face aux marchés du travail en constante évolution.

Études de cas : L'application de l'accord gepp chez Airbus et Bombardier

Une mise en oeuvre concrète chez Airbus

Chez Airbus, grand acteur de l'aéronautique, l'accord gepp s'articule autour d’une volonté de promouvoir la mobilité interne et l'évolution professionnelle. Des séances d'information et de formation professionnelle sont régulièrement organisées pour faciliter la gestion des emplois et des parcours professionnels. Un soin particulier est accordé à la détection des compétences émergentes afin de préparer l'entreprise aux défis futurs.

L’entreprise s’appuie sur les orientations stratégiques pour orienter les salariés vers des formations certifiantes qui sont parfois combinées avec le Compte personnel de formation (CPF). Ce dispositif encourage l'acquisition de nouvelles compétences en adéquation avec les besoins de l'industrie aéronautique.

L'expérience de Bombardier avec l'accord gepp

Bombardier, spécialisé dans la fabrication de matériel roulant ferroviaire, a mis l’accent sur l'adaptabilité de ses salariés face à l'évolution rapide des métiers et compétences. L’entreprise a conclu un accord gepp visant la gestion prévisionnelle des emplois et compétences. Ce plan a favorisé un climat social propice à la concertation avec les partenaires sociaux tout en prenant en compte les particularités de chaque métier.

Des dispositifs de formation continue et de reconversion ont été instaurés, offrant ainsi des perspectives d'évolution de carrière à l’ensemble des collaborateurs. Bombardier a ainsi pu anticiper les ajustements en termes de main-d'œuvre nécessaires pour rester compétitif sur le marché.

Des résultats positifs pour les employés comme pour l’entreprise

Les cas d'Airbus et de Bombardier démontrent que l'application d'un accord gepp peut se traduire par des bénéfices concrets tant pour les salariés que pour l'entreprise. En effet, les employés bénéficient d'un accompagnement dans leur development professionnel et d'une meilleure visibilité sur leurs opportunités de carrière à long terme. Pour l'entreprise, cela se manifeste par une gestion optimisée des ressources humaines et une capacité accrue à s'adapter à un environnement économique en constante évolution.

Les études de cas d'Airbus et Bombardier illustrent l'importance de l'alignement de la gestion des compétences sur les orientations stratégiques de l'entreprise et montrent comment l'application d'un accord gepp peut devenir un levier stratégique pour la performance et la compétitivité.

Les chiffres clés autour des accords gepp et leurs interprétations

Une analyse chiffrée révélatrice

Selon une étude récente, environ 70% des entreprises de taille intermédiaire ont initié une démarche en matière d'accord gepp, soulignant l'intérêt croissant pour cette approche stratégique. Dans des groupes tels qu'Airbus, les rapports montrent que l'implémentation d'un accord gepp s'est accompagnée d'une augmentation de 5% de la mobilité interne, témoignant de l'efficacité des politiques de gestion prévisionnelle des emplois et des parcours professionnels en matière de développement des compétences.

Paroles d'experts sur la gestion des emplois

Des spécialistes comme Jean-Michel Plane, auteur du livre Stratégie et gestion des ressources humaines, mettent en exergue l'importance des accords gepp dans le maintien de la compétitivité. À travers ses travaux, il nous rappelle que « la formation est un investissement et non une charge pour l'entreprise ».

Le reflet des tendances sectorielles

Les accords gepp se traduisent diversement selon les secteurs. L'industrie aéronautique, par exemple, a vu une nette progression des accords avec des groupes tels qu'Airbus et Bombardier, où l'accent sur les compétences techniques spécifiques est devenu fondamental pour s'adapter aux évolutions rapides de la technologie et du marché.

Comprendre les chiffres à travers les cas concrets

Des rapports sectoriels indiquent qu'un accord gepp bien structuré peut réduire le turnover de 15%, tout en améliorant l'engagement des employés jusqu'à 20%. Ces chiffres, bien que fluctuants en fonction de divers facteurs, témoignent de l'effet positif d'une gestion anticipée et concertée des parcours professionnels.

Les enjeux de la négociation des accords gepp

La négociation d'un accord gepp reste complexe avec près de 60% des IRP qui admettent rencontrer des difficultés dans sa mise en oeuvre. L'exemple des discussions entre les partenaires sociaux chez les entreprises comme Bombardier révèle les défis de concilier les intérêts des employeurs et des salariés.

Envergure et étendue de l'accord gepp

L'accord gepp prend une dimension capitale avec la mise en vigueur étendue des dispositions du code du travail, applicable à toutes les branches professionnelles. La dimension stratégique d'un tel accord réside également dans sa capacité à prévoir et accompagner les évolutions tant au niveau des métiers en soi que des parcours professionnels et compétences associées.

Comment négocier un accord gepp efficace ?

Stratégies pour une négociation réussie

Pour arriver à un bon accord gepp, la clé repose sur une négociation approfondie entre partenaires sociaux. Comprendre les besoins et attentes de chacun permet d'établir un terrain d'entente propice au développement professionnel des salariés et à la performance de l'entreprise. L'expert en ressources humaines Claude Lévi-Strauss mentionne dans son ouvrage La Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, que « la négociation de l'accord est tant une question de forme que de fond », soulignant l'importance d'une communication transparente et d'un engagement mutuel.

Les étapes cruciales du processus

L'établissement d'un accord gepp se déroule en plusieurs phases. Tout d'abord, la collecte des données sur les compétences et métiers actuels dans l'entreprise constitue un préalable indispensable. D'après une étude réalisée par le cabinet de conseils RH Gartner, environ 64% des entreprises ayant mis en place un gepp ont commencé par cette étape. La définition conjointe des orientations stratégiques et des besoins futurs en compétences vient ensuite. Cette phase s'appuie souvent sur une analyse prévisionnelle des emplois et des compétences, comme exposé par les rapports annuels de l'Apec.

Accompagner le changement et anticiper les résistances

Une négociation réussie vise également à anticiper les résistances au changement. Il s'agit d'impliquer efficacement les salariés en les informant et les formant aux nouvelles compétences requises par le marché. Des exemples concrets de formations réussies dans le cadre des accords gepp sont souvent cités lors des conférences professionnelles pour illustrer les meilleures pratiques en la matière.

Focus sur les compétences futures

Dans le cadre d'une négociation d'accord gepp, les discussions doivent s'orienter vers le développement des compétences nécessaires à l'avenir de l'entreprise et de ses salariés. Dimensions sectorielles, attentes en évolution rapide et considérations sur la mobilité interne font l'objet d'un rapport régulièrement mis à jour par le Céreq. L'objectif : s'assurer que les emplois et parcours professionnels évoluent de façon à rester en adéquation avec les orientations stratégiques de l'entreprise.

La mise en œuvre opérationnelle

Après la négociation, la mise en œuvre de l'accord est tout aussi capitale. La méthodologie adoptée doit garantir l'application effective des mesures convenues. Le suivi par un comité de pilotage, comme suggéré par les articles du Code du travail, assure une gestion dynamique des dispositions de l'accord. La mise en place de groupes de travail thématiques et la formation des managers jouent un rôle prépondérant dans la pérennité de l'accord.

L'écueil des accords génériques

Certaines entreprises tombent dans le piège d'adopter des accords gepp trop génériques, dépourvus de spécificités liées aux contextes et enjeux professionnels réels. Les orientations de formation professionnelle et les mécanismes de mobilité interne doivent être finement ajustés aux réalités des emplois et compétences spécifiques de l'entreprise pour éviter ce type de problématique.

Développement des compétences : le rôle pivot de l'accord gepp

Un levier pour une montée en compétences continue

La gestion efficace des talents dans une entreprise dépend grandement de la capacité à anticiper et à accompagner les évolutions professionnelles. À cet égard, l'accord gepp est un outil stratégique pour le développement des compétences des salariés. Il vise à sécuriser les parcours professionnels et à favoriser la mobilité interne. Une étude récente indique que 60% des entreprises ayant mis en place un GEPP ont vu une amélioration significative dans la gestion des compétences et des emplois.

L'expertise au service du développement professionnel

Des spécialistes comme Philippe Zarifian, auteur de l'ouvrage 'Ressources Humaines et Communication', soutiennent que la formation continue est un engagement indissociable de la performance d'une entreprise. Ces orientations stratégiques, lorsqu'encadrées par un accord gepp, permettent d'aligner les besoins de l'entreprise avec les aspirations professionnelles des employés.

Cas concret de renforcement des compétences

Des entreprises comme Airbus ont illustré l'importance d’intégrer l’accord gepp dans leur stratégie de gestion prévisionnelle. Cela se traduit par des programmes de formation professionnelle mettant l'accent sur des compétences clés pour l'avenir de l'industrie aéronautique et la mobilite interne.

Des chiffres révélateurs de succès

L'impact des accords gepp sur le développement des compétences peut être mesuré à l'aide de divers indicateurs. Par exemple, la formation professionnelle a augmenté de 15% dans les structures ayant adopté ces accords, indiquant un investissement accru dans le capital humain.

Analyser et comprendre les besoins en compétences

Il est fondamental de réaliser une analyse précise des métiers et des compétences présentes au sein de l'entreprise. Cette démarche, préconisée par les accords gepp, est corroborée par des rapports, y compris celui de l'Organisation Internationale du Travail, qui précise que cette approche est un élément central d’une gestion prospective des ressources humaines.

Gérer les évolutions : un défi humain et stratégique

Le renforcement continu des compétences permet de s'adapter aux évolutions des métiers. Si des controverses émergent, souvent liées à la perception de ces changements, le rôle des accords gepp est de fournir un cadre rassurant pour les salariés afin de les accompagner au mieux dans ces transitions.

La citation comme vecteur de motivation

Comme le souligne Zarifian, « la compétence est l'intelligence pratique de situations de travail impliquant une réelle responsabilité de l'acteur ». Cette vision souligne l'importance de positionner l'humain au cœur des stratégies d'évolution et de formation soutenues par l'accord gepp.

Gérer les controverses entourant l'accord gepp

La gestion des oppositions liées à l'accord gepp

L'accord gepp a pour but de renforcer la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au sein des entreprises. Cependant, il peut être source de certaines controverses. Ces dernières portent souvent sur la capacité de l'accord à répondre aux besoins réels des salariés en matière de formation et d'évolution professionnelle. Des experts en ressources humaines tels que Marc Dupuis, auteur de l'ouvrage 'Gestion des compétences et GPEC', attestent que la mise en oeuvre de ces accords nécessite souvent des ajustements pour être en phase avec le terrain.

Par exemple, certaines entreprises ont connu des difficultés à établir un dialogue constructif entre la direction et les représentants du personnel. Cela a parfois généré des tensions dues à la perception d'un manque de transparence ou d'équité dans les choix de développement de compétences. Pour illustrer cette problématique, prenons l'exemple de la société Bombardier. Des débats ont eu lieu lors de la négociation de l'accord, mettant en exergue les appréhensions des employés quant aux réorientations de carrière et à la mobilité interne.

Les statistiques montrent que les accords gepp peuvent être vecteurs de changements positifs si implémentés correctement. Un rapport récent de l'OCDE souligne que 65% des entreprises ayant adopté ce type d'accord ont constaté une amélioration dans la gestion des trajectoires professionnelles. Toutefois, il reste 35% qui n'ont pas perçu d'évolution significative ou ont rencontré des obstacles dans l'application de l'accord.

Ces tendances renforcent donc l'intérêt de partager des retours d'expériences et des études de cas pour mieux cerner les enjeux et optimiser les pratiques. L'exemple d'Airbus démontre que la collaboration étroite avec les partenaires sociaux et l'intégration des orientations stratégiques de l'entreprise dans l'accord gepp permettent d'anticiper les évolutions des métiers et de mieux gérer les parcours professionnels.

Le rôle des partenaires sociaux dans l'équilibre des accords gepp

Les partenaires sociaux jouent un rôle clé dans la négociation et la mise en œuvre des accords gepp. Leurs compétences permettent de formuler des orientations stratégiques prenant en compte les aspirations professionnelles des salariés tout en respectant les impératifs de l'entreprise.

Le Code du travail français souligne l'importance du dialogue social dans la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). C'est pourquoi les organisations syndicales comme la CGT et la CFTC sont activement impliquées dans ce processus, en veillant à ce que les dispositions de l'accord soient bénéfiques pour les employés et responsables du point de vue de l'entreprise.

Pour garantir l'efficacité de l'accord gepp, il est donc essentiel d'adopter une approche inclusive et transparente lors des négociations. La prise en compte des retours des instances représentatives du personnel (IRP), comme le comité social et économique (CSE), peut contribuer à surmonter les résistances et à instaurer un climat de confiance.

Citer des experts et des rapports précis dans l'analyse du dispositif gepp aide à nuancer le discours et à prouver par les faits l'efficacité ou les points d'amélioration d'un tel accord. Cela permet aussi de comprendre les divergences de vues et de trouver des terrains d'entente pour établir un accord gepp réellement adapté aux besoins des employés et de l'entreprise.

Les perspectives d'avenir de l'accord gepp en France

Les évolutions prévisibles du GEPP

Abordons les perspectives d'avenir du GEPP, ou Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels, en France. L’optimisation des compétences au sein des entreprises passe aujourd’hui invariablement par le GEPP, lequel se veut être un vecteur d'anticipation des évolutions aussi bien économiques que professionnelles. Les orientations stratégiques des entreprises intègrent de plus en plus cet aspect, notamment avec les avancées technologiques et les changements démographiques.

L'interaction avec le Compte Personnel de Formation

Les synergies entre le GEPP et le Compte Personnel de Formation (CPF) sont amenées à se renforcer. L'individu prend de plus en plus en main son parcours professionnel, et les entreprises doivent s'adapter en facilitant l'accès à la formation par le biais de dispositifs tels que le CPF.

La digitalisation des processus de GEPP

La digitalisation et l'automatisation des processus RH sont des leviers essentiels dans l'implémentation du GEPP. Des outils comme les plateformes de mobilite interne et de gestion previsionnelle des emplois et des compétences (GPEC) deviendront de plus en plus sophistiqués, permettant une gestion plus fine et proactive des ressources humaines.

Les accords collectifs de plus en plus personnalisés

Les partenaires sociaux sont de plus en plus impliqués dans la négociation d'accords relatifs à la gestion prévisionnelle. Ces accords tendent vers plus de personnalisation pour répondre aux besoins spécifiques de chaque entreprise, avec une attention renforcée sur la mobilité interne et l'evolution professionnelle des salariés.

Focus sur les PME et ETI

Si les grandes structures telles que Airbus ont déjà intégré ces dispositifs, l'avenir verra également l'accent mis sur les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI), pour lesquelles le GEPP devra être adapté en termes de mise en œuvre et d'accompagnement.

Conclusion partielle sur les perspectives du GEPP

En guise de synthèse, les perspectives du GEPP en France sont indissociables d’une vision à la fois globale et individualisée de la gestion des emplois. De la collaboration avec les dispositifs de formation à l’utilisation de technologies de pointe, l’accord GEPP incarne la volonté d’adaptabilité et de développement durable des compétences dans le paysage professionnel français.